Vous êtes ici :   Accueil » News » BVI et grandes antilles
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
News - BVI et grandes antilles

Nombre de membres 15 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
 


Ces billets sont disponibles en format standard RSS pour publication sur votre site web:
http://www.lacord.com/data/fr-blog.xml

BVI et grandes antilles

British virgin islands  -  par Gayel

BRITISH VIRGIN ISLAND 

Cet archipel marque la limite Nord Ouest des Petites Antilles mais est beaucoup plus proche culturellement de Puerto Rico et des Etats-Unis. A l’origine peuplées par quelques tribus d’Amérindiens, ces îles furent « découvertes » et baptisées par Christophe Colomb. Elles furent pourtant délaissées par les Espagnols, qui leur préféraient les territoires riches du continent Sud-Américain. Mais sur la route du retour vers l’Espagne, les galions chargés de richesses devaient frôler ces Iles Vierges pour trouver les vents portants : elles devinrent ainsi un véritable repaire de pirates, pour la plupart anglais, hollandais et français. L’histoire des îles est empreinte des hauts faits et des légendes de flibustiers devenus tristement célèbres.

 Les Îles Vierges Britanniques forment grossièrement deux chaînes séparées par le canal de Sir Francis Drake. Elles comptent environ une soixantaine d'îles, îlots, rochers, etc., dont seulement environ 16 sont habitées. Elles sont toutes d'origine volcanique sauf Anegada, qui est faite de corail et calcaire. Ces îles magnifiques sont demeurées intactes et invitent au farniente. Avec leurs plages de sable blanc, leurs eaux turquoise et le style de vie animé au rythme des Caraïbes, elles sont un paradis pour les amateurs de plongée en tuba, pêche ou plongée. Mais elles sont surtout renommées pour être leur navigation à voile (et yachting aussi) et tous peuvent découvrir ces îles par mer car c'est une des régions du globe les plus tranquilles et sécuritaires.

Coté légende, les BVI ne sont pas en reste... on raconte qu'au début du IVe siècle, une jeune fille nommée Ursule, fille d'un roi chrétien breton, aurait été demandée en mariage par un prince païen d'origine germanique. Ursule voulait demeurer vierge et chrétienne. Comme un refus pouvait attirer de graves ennuis à son père, la jeune fille et 11 de ses amies vierges décident de s'enfuir. Embarquées à bord d'un navire sur le Rhin, elles sont capturées à Cologne par les Huns, un peuple nomade venu d'Asie centrale, puis martyrisées et mises à mort pour avoir refusé de trahir leur foi. 
C'est au début du XIe siècle que le nombre de vierges qui accompagnaient Ursule est fixé à 11 000 par une mauvaise interprétation de la numération romaine. L'inscription «XI martyres et vierges» aurait été interprétée comme «XI mille vierges». Comme l'anniversaire de la mort d'Ursule et de ses amies a été fixé au 21 octobre par le calendrier grégorien et que Christophe Colomb a découvert les BVI un 21 octobre 1493, il avait décidé de baptiser ces îles des Antilles les Îles vierges en hommage à la jeune fille et aux 11 000 vierges martyrisées avec elle.

Gorda : arrivée le 06/03 17h45 après une navigation au moteur de 12h. Pétole et bredouilles niveau ligne de traîne, même si nous avons essayé le leurre appelé "la sorcière" par les pécheurs habitués, qui est censé gagner à tous les coups. Nous profitons du mobilier de la plage privée  d'Eustacia pour prendre un apéro, allongés sur de grands matelas et se remettre de cette longue traversée. Merci Larry Paige, patron de google, pour cette invitation incognito! 

    

On comprend mieux pourquoi il y a tant de terrains de jeux partout sur l'île (waterpolo, Beach volley, mini cat coussins et sofas etc..) Nuit mouvementée car le bateau s'est mis en travers des vagues et la houle passe au dessus du récif corallien qui nous protège.

Reveil sous arc en ciel et ballet de pélicans. 

Nous allons ensuite nous poster  derrière l'île, plus à l'abri. Bye bye le point de vue sur l'île voisine appartenant au grand patron de Virgin.

En fin de journée, les enfants nous autorisent à aller prendre un verre en amoureux à l'happy hour de Saba rock! A nous les painkillers (cocktails déjà rencontrés à Bequia, mais classique aux BVI, mêlant rhum, coco, jus d'orange et muscade) !!!! On mettra d'ailleurs quelques recettes de cocktail en lien dans la rubrique, "on a goûté, on a aimé". Petit moment en tête à tête face à la baie d'Eustacia, vautrés sur de grands sofas, à la lueur des bougies...

La plongée de l'après midi nous avait donné soif.. il faut dire qu'entre lambis, cigales, raies et tortues, il y avait de quoi se faire tourner la tête!! D'ailleurs la cigale au lasso, ça marche plutôt bien. (hum hum)

En revanche, le temps de décoller du bateau, on loupe le tarpon feeding... mais on en verra quand même trainer le long des quais. Impressionnants ces grand poissons, qui peuvent peser jusqu'à 180kg et mesurer 2.5m!

  

Petite virée le lendemain pour chercher du pain,  à Gun creek, là où Gaël était allé faire la clearance précédemment (pour info; 5$ douane et 20$ immigration pour les 4 personnes du bateau).  On revient trempés car le vent soulève de grandes vagues à notre retour.

Nous voulions ensuite aller  à Anegada, Island, dont les plages on un sable fin comme du talc, et qui a la 3eme plus grande barrière de corail du monde. Mais les dieux en décident autrement et le vent continuant à souffler fortement et dans le mauvais sens, aura raison de notre motivation.

Départ  donc, le lendemain pour "the Bath", au sud  ouest de Virgin Gorda.  Un décor digne des lavezzi ou des Seychelles,  à moindre échelle bien sur... de grand rochers d'origine volcanique bordent de petites criques de sable blond entourées de cocotiers et de petites maisons. Malheureusement,  avec un vent mal orienté  (décidément) entre 20 et 25 nœuds, il nous est impossible de rester et de descendre en profiter... vini, vidi mais trop vite partis...

Une image de ce qui nous aurait attendu par temps calme...

Nous on a eut

Direction St Peter, en suivant quelque peu les traces laissées par Calico Jack... mouillage à White bay, où de grandes rafales descendant des montagnes de l'ile nous accueillent. La plage est aménagée de petites paillottes délaissées par les touristes de l'hôtel, qui nous donnent donc champ libre pour en profiter un peu.

Petit BBQ de cigale sur le bateau (qui attire pas mal de mouches et rend le repas moins étoilé que nous ne l'aurions cru!) puis après midi baignade entre les tortues et les raies et plage.  Petite rando le soir, histoire de profiter du panorama de la baie, et de croiser de magnifiques iguanes.

 

  

Nous quittons au matin l'île de St Peter pour rejoindre Norman Island,  haut lieu de l'histoire de la piraterie qui aurait inspiré Robert Stevenson pour son livre "l'ile aux trésors" à l'ambiance parfois inquiétante. C'est une autre ambiance que nous trouvons ici, pour une baignade magique dans the "caves":  Le bateau est entouré de poissons multicolores, dont les chirurgiens bleus s'affairent à nettoyer nos coques couvertes d'algues en tout genre.  Cet endroit est superbe, et comme nous arrivons de bonne heure, il n'y a pas grand monde. Plongée donc au milieu de grottes sous marines et de coraux polychromes, dans des eaux transparentes. On dit que Barbe noire y aurait caché un trésor....

Quelques images de notre plongée : 

  

Nous laissons la bouée pour en prendre une à "The Bight", la baie juste  à coté, bien isolée.. Apres être resté sur une bouée qui s'avère être à  30$ la nuit, nous mouillons un peu plus loin... juste à coté du Willy T, un bar flottant, qui animera notre soirée jusqu'à tard dans la nuit... Séance dance pour les filles!!

Apero à Norman Island : 

   

  

Direction Sandy cay le jour suivant, sous 25 nœuds de vent. Tsaëlou file bon train à 7 nœuds. Personne n'a osé prendre de bouée devant cette île offerte aux BVI par Laurence Rockfeller... une légère houle ainsi qu'aucun abri au vent ayant certainement découragé les plus audacieux... L'équipage n'a peur de rien et nous prenons une bouée afin d'y passer une bonne partie de la journée... Quelques bateaux viendront ensuite, le terrain étant "déminé".

Plage de sable blanc et eaux turquoises pour changer... mais avec une arrivée en kayak plus qu'humide pour Saskia, qui se fait éjecter par une vague... Ewenn récupère de justesse ses lunettes pendant que sa maman ressort complètement couverte de sable mais morte de rire!!!

   

 ​

Tour de l'île à pied, histoire de voir la stèle célébrant le don de l'ile par Rockefeller ainsi qu'une tombe sous un immense arbre.

Le mouillage étant quand même un peu agité, nous prenons la direction de long bay, sur l'île de Jost van Dycke, pour aller voir blubby pool.

 

C'est une baie dont les eaux sont au dessus du niveau de la mer, alimentée par de puissantes vagues coté au vent. C'est également un nurserie pour les tortues et les requins. On y verra un petit requin frôler nos jambes avant de remonter vers le large.  

On prend un verre  à B line, petit bar de plage moins connu que le foxy's mais tout aussi sympa, voire plus. Nous faisons la rencontre de Steven, un américain qui promène avec sa femme depuis 20ans des touristes dans le coin sur son catamaran sud africain, ainsi que des français naviguant sur Bye Bye, un nautitech 47. Soirée super sympa. Les Américains sont  à 2 doigts de voler nos "so cute" enfants..

Coté historique : Du nom d'un pirate hollandais, Jost Van Dyck aurait été habitée par les indiens Arawak, les indiens Caraïbes, les Hollandais, les Africains et les Anglais. Quelques hommes célèbres y sont nés : William Thorton, architecte du Capitol aux Etats Unis, John Coakley Lettsome , fondateur de la société médicale en Angleterre. Son histoire n'est pas finie. Son plus célèbre habitant est certainement Foxy Callwood. Foxy avait ouvert un petit bar sur la plage pour une soirée en 1967. Depuis ce jour, il accueille avec un égal entrain et beaucoup d'attachement les marins de passage.

Arrêt à Great harbour, histoire de passer la journée et la nuit devant la plage superbe, non loin du Foxy's. Un petit air des anses d'arlet.....C'est l'occasion de faire la clearance out (nous sommes samedi, et nous sommes taxés de 10$ d'over fees, mais obtenons un petit papier jaune qui nous sera très utile le lendemain).  Au foxy's nous ne résistons pas à un frozen mango, cocktail délicieux même si nous le prenons  à 11h15!

 

En route pour west End  à Tortola

Tortola: (Tourterelle en espagnol)  elle fût découverte par Christophe Colomb lors de son deuxième voyage en 1493. Délaissées par les espagnols qui préféraient les contrées plus riches, les Iles Vierges devinrent le repère idéal des anciens pirates:  les plus connus sont Henri Morgan (15??), John Hawkins (1542), Francis Drake (1595) lequel fût anobli par Elisabeth I.

 Journée du dimanche sacrifiée pour aller aux USVI, afin de feinter car nous n'avons pas de visas, seulement un E.STA.  On ne peut, en effet, arriver par ses propres moyens en territoire US. Il faut prendre un ferry ou un avion commercial. Nos amis de Calico Jack en avaient d'ailleurs fait les frais. Et c'est parti pour une grande mascarade!!!!! 1 journée perdue, ainsi que 200$ pour nous 4... Le petit papier jaune obtenu la veille, nous fait quand même économiser 80$ de taxe de sortie que nous aurions du régler aux douanes...Saskia, reine de la ruse, insistera auprès des douaniers en expliquant avoir déjà payé les frais la veille... et c'est 20$/pers d'économisé.  

Nous voyageons sur Native Son, plus économique d'après les locaux (mais 60/ adulte et 40/ enfants) avec une caissière absolument horrible et manquant d'indulgence face à notre anglais amnesique!

 

Nous arrivons à St thomas, Charlotte Amalie,  à la vitesse de 25 nœuds, assez impressionnant après 8 mois à une moyenne de 6 nœuds. Et là... empreintes digitales des 2 mains, et rétinienne... et nous avons notre chèrement gagné tampon sur le passeport, qui nous permet d'aller où on veut aux US pendant 3 mois! Nous déjeunons au meilleur restaurant chinois des USVI (en même temps, il semble etre le seul.. mais coté nourriture, il se défend quand même!). Tour dans French town.

Au final, malgré  la sommes assez importante, et le peu de temps passé cette journée à St thomas, cela reste malgré tout plus rapide et moins onéreux que de faire ses visas en France via l'ambassade (75$/personne au lieu de 150).

Retour à Tortola, histoire de trouver la seule chose pas chère des BVI : la laverie !!  2$ le lavage et 1$ le séchage.  Seul inconvénient... elle ne se trouve pas au port mais un charmant monsieur nous prend en pitié et nous accompagne, en échange d'un fruit punch. 

Publié le 30/03/2016 22:31   Tous les billets  Prévisualiser...  Imprimer...  Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Rubriques

Fermer Activité du site

Fermer Presse

Fermer Transat Retour

Fermer Messages Amis

Fermer BVI et grandes antilles

Fermer Antilles

Fermer Traversée Atlantique

Fermer Archipel du cap vert

Fermer Canaries

Fermer Archipel-de-Madere

Fermer Portugal

Fermer Archipel des Açores

Fermer Espagne

Fermer Préparatifs

Derniers billets
Derniers commentaires
Archives
08-2017 Septembre 2017 10-2017
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

 
Vous êtes ici :   Accueil » News » BVI et grandes antilles
 
 
Recherche
 
Document généré en 0.1 seconde